Athéna-Edif

L'édition autrement


Poster un commentaire

Les Flammes de Nder de Sémou MaMa Diop

Les flammes de Nder de Sémou M. Diop disponible partout à la commande en Europe et aux USA
En rayon à Dakar chez Mona Lisa à Ngor
Buro Plus 100 Rue Moussé Diop

http://www.parislibrairies.fr/livre/9782371320130-les-flammes-de-nder-semou-mama-diop/

Publicités


Poster un commentaire

Bon Ramadan

Les Éditions et Diffusion Athéna souhaitent à toute la communauté musulmane du Sénégal et du Monde, un heureux Ramadan, empreint de paix, de sérénité et de joie.
Ce mois se caractérise par la piété et le recueillement, mais également par le partage et la compassion.

 » Werou Korou Diama  »
Djam Ak Xeweulramadan


Poster un commentaire

« Les flammes de Nder » de SMD lu par R Sahéli

Les flammes de Nder de Sémou M. Diop aux éditions » Les Editions et Diffusion Athéna »

Dès les premières pages, comment ne pas pensez au roman « Les agneaux du seigneur » de Yasmina Khadra. Cet ouvrage écrit en 1998 décrit le basculement dans le drame d’un village algérien pris dans le tourbillon du fanatisme religieux. SMD décrit le même processus ou le huis clos d’un village permet de mieux décrypter les mécanismes de l’enracinement du mal. C’est le huis clos d’un village qui transforme les jalousies et les rancœurs en drames.

Et la comparaison s’arrête là. Elle démontre aussi que le cancer n’a subit aucune rémission et au contraire s’est généralisé en 2016. Il ne vient pas frapper à nos portes en étranger, mais croupit au sein de notre société.

Et la comparaison s’arrête là car SMD développe un ouvrage original et audacieux. Il s’attaque avec courage aux racines du mal, sans concessions. Il démonte sans peurs quelques uns des maux de notre société véritable terreau de l’extrémisme. Il dénonce l’accaparation de la religion par des groupes qui en sont aux antipodes.
Chaque personnage de ce livre en est le héros, ou l’anti-héros. SMD réussi à leur donner une véritable étoffe dans chacune de ses présentations particulièrement soignées. Chacun d’eux est attachant.

Reste le vibrant hommage fait aux femmes. Elle incarne la lucidité face au fanatisme, Le courage, la liberté, la révolte, la dignité, le sens du sacrifice.
Mais aussi l’amour, cet amour pour leurs enfants, pour leurs compagnons, des autres, cet amour de la vie tout simplement. Elle montre que c’est par l’amour que l’on va lutter contre les forces de l’obscurantisme religieux. Leur immolation est un cri d’amour, comment le comprendre autrement.
Contrairement aux hommes qui, à part quelques résistants, sont tous rapidement ramenés au rang des soumis, les femmes elles sont toutes et sans exceptions révoltées. Comme le poète Aragon, pour SMD la femme est sans doute l’avenir de l’homme.

Et puis dans le puritanisme ambiant comment ne pas relever le personnage flamboyant de Salif, l’alcoolique qui crache les vérités et affronte la réalité en face. Et aussi dans l’homophobie ambiante, comment ne pas relever parmi tous ces poltrons, écrasés et humiliés, et aussi criminels et sanguinaires, le personnage d’Adama. C’est lui l’efféminé qui fait acte de résistance. C’est lui qui montre ses « couilles » quand les autres les ont rangés. C’est lui qui déclare « je suis ce que je suis, je suis né avec mes manières ». SMD bouscule les lignes avec courage.

Reste à évoquer le style. SMD est maître dans l’art de la description des lieux, des ambiances, des êtres et des sentiments. Chacune de ses descriptions est un véritable tableau, une œuvre d’art. Jamais un passage de fourmis à travers le chemin n’a été aussi à sa place, au même titre que la trame même du récit. La richesse du vocabulaire côtoie le vulgaire du langage quotidien sans écueil. La beauté de notre Sénégal est magnifiée : merveilleux passages sur les paysages du nord, mais aussi sur la cérémonie du thé, les tanganas, les voitures épaves, etc….. Ce roman est potentiellement susceptible d’être porté à l’écran, avis aux metteurs en scène.

Je referme ce livre heureux d’avoir croisé un auteur authentique et talentueux au service d’une histoire puissante et furieusement d’actualité. Ces flammes de Nder sont une claque, une immense clameur d’espoir.


Poster un commentaire

Rencontre-Dédicaces avec Sémou MaMa Diop

Les intervenants
Bity Kébé (Professeur de Lettres, Doctorante en Arts, Cultures , Civilisations)
Oumar Ndiaye Modérateur (Goethe Institut)

Bouya Fall (Goethe Institut) et Lina Husseini (Les éditions et Diffusion Athéna)
Et bien évidemment, venu de France où il séjourne, la star du jour, Sémou MaMa Diop

Le livre sera vendu exceptionnellement à 10 000 FCFA pendant la présentation au lieu de 12 000 FCFA

AFFICHE SEMOU MAMA DIOP (2) (1).jpghttps://www.facebook.com/events/1010801575683136/

 


Poster un commentaire

Les Flammes de Nder Sémou MaMa DIOP

« Les flammes de Nder » de Sémou MaMa Diop

Préface de l’auteur
Je suis arrivé à Nder par une route chaotique, un peu comme le personnage principal de ce roman, Sidiya.
C’était une matinée ensoleillée du mois de mai 2014. J’ai trouvé un village presque à l’abandon, affalé sur le sable, sans eau courante, sans électricité. J’ai failli rebrousser chemin, crier au mensonge, dénoncer la mystification.
Mais l’attitude des habitants, si nobles dans leur dénuement, m’a persuadé du contraire. Alors, je suis resté et je les ai écoutés.
« Beaucoup de gens sont venus ici, me dirent-ils. Ils nous ont écoutés puis sont repartis. Depuis, plus de nouvelles… »
Je suis reparti sans faire de promesse, l’esprit plein de questionnements: Fallait-il taire, ensevelir de mystère, l’épopée des femmes de Nder ?
Qui de la roturière Mbarka Dia ou de la Linguer Fatim Amar a inspiré l’un des plus grands actes de résistance de l’Histoire ?
Voilà longtemps que je voulais écrire sur Nder, la capitale du Waalo, ce royaume dans le Sénégal d’avant le Sénégal, sans faire un roman historique. Ce récit n’en est pas un. Il est d’ailleurs d’une actualité brûlante. J’ai saisi le prétexte que m’offrait la présence des djihadistes à Tombouctou et Kidal pour fomenter cette fiction.
J’ai convoqué l’Histoire à la barre de l’actualité, pas pour qu’elle réponde de ses crimes, mais pour qu’elle lève le voile sur ses impostures.
Les noms des personnages et des lieux n’ont pas été choisis par hasard : Fatim Amar, Mbarka Dia, Seydane, Ibn Mouctar, Walo et Diéry, les Loggar, les Dyoss et les Tédyek et surtout Sidiya Léon Diop, le héros méconnu.
En refermant ce roman, ma première pensée est revenue aux gens de Nder à qui je peux dire aujourd’hui « Moi, je ne vous ai pas oubliés. Voici ma promesse ! »
Ce livre est violent et tragique. Je l’ai cependant écrit, moins pour la haine qu’il peut susciter que pour l’espoir qu’il porte :
L’espoir n’est donc pas tari. Mille périls frappent à sa porte, mais l’Humanité sera en mesure de les congédier s’il existe encore dans l’univers des êtres prêts à mourir de cette façon…

Sémou MaMa Diop

flammes de nder


Poster un commentaire

« Les flammes de Nder » de Sémou MaMa Diop

Notre surprise!!
« Les flammes de Nder » de Sémou M. Diop est sous presse et paraitra le 28 avril!
Cadeau de l’auteur à lui-même et des Éditions et Diffusion Athéna à Sémou M. Diop

Ce roman est un véritable cadeau que nous a fait l’auteur qui vient enrichir notre catalogue

Merci Sémou et Bon vent à cette si belle histoire

La couverture a été réalisée par mon ptit protégé Moïse Dia de Yizmo D Communication assisté par Ousseynou Gueye Sene pour la validation

Travailler avec tout ce beau monde sur « Les flammes de Nder » a été du pur bonheur

Couv. ADM (verso)